Accueil > Découvrir le diocèse > Secteurs, paroisses, jumelages > Actualités > Le pape François : « L’Afrique est une amie et elle doit être aidée à croître (...)

Le pape François : « L’Afrique est une amie et elle doit être aidée à croître »

lundi 25 septembre 2017

Dans l’avion du retour vers Rome après son voyage en Colombie, le pontife a évoqué les migrants, le continent africain et le changement climatique.

« Je me suis penché pour saluer les enfants, je n’ai pas vu la vitre et… boum ! » Un sparadrap sur l’arcade sourcilière gauche, une pommette un peu bleuie, le pape François s’est amusé de l’incident – survenu l’après-midi même à Carthagène-des-Indes, en Colombie, dans sa papamobile – lors de la conférence de presse tenue dans l’avion qui le ramenait à Rome au soir du dimanche 10 septembre.
Au-delà de l’anecdote, le pape a retenu de ce voyage dans le pays sud-américain le symbole d’espoir en l’avenir de parents colombiens, lui tendant leurs enfants pour qu’il les bénisse, tout au long des routes empruntées par son véhicule ouvert, et la ferveur qui l’a accompagné tout au long de ces cinq jours. Comme à son habitude, dans l’avion du retour, il a répondu à une série de questions liées au voyage ou à l’actualité.

Les migrants
François a notamment été interrogé sur le débat politique suscité en Italie par le durcissement de la politique d’accueil des migrants arrivant par bateaux. Il a redit sa « gratitude » à l’Italie et à la Grèce « parce qu’elles ont ouvert leurs cœurs aux migrants ».
Mais, a-t-il ajouté, il ne suffit pas d’ouvrir son cœur : « Un gouvernement doit gérer ce problème avec la vertu propre d’un gouvernant, c’est-à-dire la prudence, a-t-il continué. Qu’est-ce que cela signifie ? D’abord : combien ai-je de places ? Deuxièmement : il ne suffit pas de les recevoir, mais il faut les intégrer. (…) Troisièmement, il y a un problème humanitaire. L’humanité prend conscience de ces Lagers [camps] dans le désert et des conditions de vie qui y règnent. J’ai vu les photographies. Il y a d’abord les exploiteurs. J’en ai parlé au gouvernement italien et j’ai l’impression qu’il fait tout son possible pour résoudre les problèmes humanitaires, y compris ceux qu’on ne peut résoudre. »

Répondre à cet article